À Montréal, Michael Schwartz veut faire de vous des “Affûtés”

Infos pratiques

Les Affûtés
Page Facebook

“On est très bons avec nos téléphones et nos ordinateurs, (…) mais on ne sait rien faire de nos deux mains ! Il y a un fossé avec les générations qui nous précèdent”, lance Michael Schwartz, 32 ans, originaire de Lyon. C’est à lui qu’on doit ces ateliers aux intitulés qui tapent à l’oeil : “Découvrir l’électricité sans brûler sa maison”, “Construire une planche à découper (ou à apéritif)”, “Je répare mes électros”, “Je crée un composteur moi-même”, etc. Avec Les Affûtés, il espère outiller celles et ceux qui pensent, souvent à tort, avoir deux mains gauches. 

Déjà 12 entreprises

“Ça fait trois ans que je m’y suis mis car je ressentais le besoin de créer avec mes mains”, raconte l’entrepreneur qui a déjà monté 15 lieux dans le domaine du coworking (ndlr La Cordée, c’est lui) en France. Et même un studio de yoga à Lyon ! “Mais malgré tout ça et malgré le fait d’être bien dans ce que je faisais, il me manquait toujours quelque chose, j’avais encore la tête qui tournait à 100 milles à l’heure”. Hasard nécessaire, il décide de se mettre à la menuiserie tous les vendredis après-midi pendant trois ans en compagnie d’un menuisier amateur en pré-retraite. “Il faisait des meubles pour La Cordée, j’ai profité de notre connexion pour apprendre à ses côtés”.

Au-delà du plaisir, c’est aussi et surtout la fierté de réaliser des choses par soi-même qui lui “parle” et lui donne envie de créer une communauté d’Affûtés. “On retrouve une certaine sérénité et une confiance en soi en faisant des choses avec nos mains. Ça calme et ça apaise”, confie celui qui relaxe en ponçant. “Le projet des Affûtés est lié au concept d’obsolescence programmée qui nous irrite tous. J’ai cherché le moyen idéal de lutter contre tout ce gâchis en toute convivialité”, explique Michael Schwartz qui a décidé d’ouvrir un lieu à Montréal (6552 boulevard Saint-Laurent) pour permettre aux débutants, aux bricoleurs et même aux compagnies d’apprendre (grâce à des ateliers dispensés en tout temps), de créer (établis et outils disponibles sur place avec des tutoriels et du conseil en prime) et de réparer les objets du quotidien.

Renouer avec le moment présent et apprendre sans se faire mal

“On est voisins des Faiseurs, un café-poterie qui a la même philosophie que nous, c’est génial”, lance celui qui connaît aussi plusieurs “Affûteurs” spécialisés dans l’upcycling (dont on a un peu parlé ici). “Il faut se dire que si un objet n’est pas réparable, on peut certainement l’upcycler quand même”, raconte le serial entrepreneur qui a beaucoup voyagé avant de donner vie à son projet. “Je me suis rendu compte que la majorité des espaces existants étaient souvent réservés aux experts, comme l’Espace Fabrique ou l’Atelier Clark à Montréal : il faut être autonome pour s’y sentir bien. Pour les débutants, c’est souvent intimidant”, estime le trentenaire.

Raison pour laquelle, il a veillé à soigner son espace montréalais pour en faire un endroit chaleureux. “Il y a des établis, un banc électronique mais aussi un espace café-cuisine pour se poser. Cela s’apparente un peu à une boutique dans l’esprit accueillant, comme Céramic Café sur Saint-Denis”, raconte le passionné. “Au sous-sol, c’est notre grotte à matériaux (ndlr récupérés ou neufs) : des planches, des clous, des vis, des tissus, etc. Il y en a pour chaque projet ! On a aussi un espace réservé aux machines, parfois bruyantes”, rapporte le Français qui invite les intéressé·es à se lancer. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Et bien souvent, la révélation opère. “Je vois de plus en plus de personnes changer de métier, pas forcément à temps plein mais en devenant “slasheurs” pour s’adonner à des métiers plus manuels à mi-temps. Ils redécouvrent le pouvoir du moment présent et du plaisir qui s’y rapporte”, confie l’entrepreneur qui se veut rassurant.

“On est tous pareils, il n’y a pas de honte, on ne peut pas être doués du premier coup ! Ça fait du bien de savoir faire par soi-même : tu as moins peur du monde qui t’entoure puisque tu es capable de t’en sortir tout seul. C’est puissant !”, confie Michael Schwartz, toujours en quête d’experts dans le domaine du végétal, de la couture et de l’électronique, entre autres. Il y a de la place pour d’autres Affûtés ! Vous ?

 

Plus d’info sur le site des Affûtés.

Posted by Les Affûtés on Thursday, April 11, 2019

Infos pratiques

Les Affûtés
Page Facebook