APB 2017: des universités canadiennes draguent les bacheliers français

© Université de Montréal

De nombreux étudiants français sont encore restés sur le carreau cette année, la plateforme d’admission post-bac (procédure APB) ne leur ayant pas permis d’obtenir une place dans une université en France. L’Université de Montréal (UdeM) appelle ces étudiants délaissés à venir rejoindre ses bancs dès janvier 2018. Concordia s’apprête à lui emboîter le pas.

Selon le journal Le Monde, ils seraient un peu plus de 3.000 concernés à ce jour, dont une bonne partie titulaires de bacs technologiques. “Face à cette situation, l’Université de Montréal (UdeM) a décidé d’agir en rappelant aux étudiants français qu’ils y ont tous une place”, déclarait la semaine dernière l’UdeM dans un communiqué de presse et sur son site. Elle appelle ces étudiants à s’inscrire pour venir commencer leur cursus à Montréal en janvier de l’année prochaine.

La rentrée d’hiver est une belle occasion de faire ses premières armes en attendant de profiter d’un plus vaste choix de programmes à la rentrée d’automne“, commente l’Université dans son communiqué. Un choix temporaire qui permettrait aux étudiants de se familiariser avec la fac québécoise sans se fermer de portes pour la suite s’ils poursuivent l’aventure à l’issue du semestre. “À l’UdeM, il est facile de changer de programme en cours de route, cela fait pleinement partie de la vie étudiante !“, promet le Service de l’admission et du recrutement. Une précision qui n’est pas inutile pour des étudiants français peu habitués à la souplesse des universités nord-américaines.

Pour convaincre les candidats potentiels, l’UdeM met en avant notamment le coût raisonnable de la scolarité au Québec pour les étudiants français en comparaison avec les tarifs pratiqués aux États-Unis ou dans les autres universités canadiennes, et les possibilités de logement proposées. Selon la nouvelle procédure mise en place, les dossiers d’inscription avec les copies certifiées de diplômes doivent être déposés avant le 8 octobre pour la rentrée d’hiver. Une équipe de l’Université sera d’ailleurs à Paris les 3 et 4 octobre à l’occasion de rencontres spéciales APB comme expliqué ici.

D’autres universités québécoises pourraient également profiter de l’occasion pour attirer les étudiants français malchanceux. À l’Université Concordia, Nadia Kherif, conseillère en relations médias, nous a confirmé qu’une initiative similaire est en train d’être mise sur pied. La date limite d’inscription à la rentrée d’hiver sera repoussée au 15 octobre pour les étudiants français concernés et une équipe de Concordia se rendra à Paris entre le 3 et le 7 octobre pour communiquer avec les étudiants. Les universités McGill et UQAM n’ont, quant à elles, pas été en mesure de nous préciser leurs intentions.

- Services -