Pourquoi on met-tu des “tu” partout au Québec ?

Au Québec, le tutoiement est fréquent et on adore ça. Mais pourquoi retrouve-t-on des “tu” qui n’ont rien à voir avec un pronom personnel au milieu de certaines phrases ? Tu me suis-tu ? Nous avons cherché la réponse.

Le “tu” pour interroger ou s’exclamer

Le “tu” en français québecois est une particule interrogative utilisée lorsqu’on pose une question directe à laquelle l’interlocuteur répondra par oui ou par non. Dans ce contexte elle remplace le “est-ce-que”. Ainsi on pourra dire “J’ai-tu l’air d’un maudit Français ?”, “Tu m’embrasses-tu ?” ou encore “Y’en a-tu du fromage” ? Dans ce dernier exemple, le “y” remplace le pronom “il” que l’on aurait dans la phrase “Est-ce qu’il y a du fromage ?“.

On peut aussi utiliser le “tu” pour exprimer une exclamation, comme par exemple dans la tournure “C’est-tu pas chouette d’habiter à Montréal !“. Employée avec “c’est”, l’expression peut d’ailleurs être simplifiée en un savoureux “C’tu”*. C’tu pas pratique ?

Un usage dérivé du “ti” français

Pour ceux qui jugeraient cet usage totalement farfelu, sachez que le “tu” québecois est en réalité dérivé du “ti” français, particule interrogative du langage populaire. En France, la particule interrogative (-)t accolée au pronom “il” (comme dans “Y en a t-il encore ?”) a graduellement perdu son “l” en français populaire dans les phrases ne nécessitant pas de pronom indirect. Cela donnera des expressions du type “C’est-y pas croyable !“. Au Québec, le “ti” également employé, s’est majoritairement transformé en “tu” au cours du 20ème siècle.

Mais contrairement à la France où l’emploi du “ti” s’est raréfié, la particule interrogative “tu” reste d’usage courant au Québec. “La plupart des locuteurs du français québécois l’utilisent régulièrement. Ce n’est pas associé à une classe sociale particulière ni aux personnes âgées“, confirme Mireille Tremblay, professeure titulaire, spécialiste de sémantique lexicale et de morphosyntaxe à l’Université de Montréal. Une tournure usuelle donc, mais à réserver à certains contextes.

Une tournure à employer à bon escient

Si vous commencez votre premier jour de stage en cabinet d’avocat ou que vous êtes invité à un déjeuner officiel avec la mairesse de Montréal, sachez que l’emploi du “tu” ne sera pas forcément une bonne idée. Son usage doit plutôt être réservé à un contexte familier. Par ailleurs, “c’est une construction qui ne marchera pas bien avec le vous de politesse“, précise Mireille Tremblay.

Dans les contextes plus formels ou soutenus (…), on va plutôt opter pour des formes comme “est-ce que” ou l’inversion”, explique Philip Comeau, professeur au département de linguistique de l’UQAM.

Reste à placer correctement le “tu” lorsqu’on veut l’employer. “Si le verbe est à un temps simple on va mettre le “tu” après le verbe comme dans “Il vient-tu ?”. Mais s’il y a un auxiliaire avec un participe passé, on va mettre le “tu” entre l’auxiliaire et le participe passé, comme dans “Y’a-tu fini ?”, explique Mireille Tremblay.

C’est-tu compris maintenant ?

*Le québécois pour mieux voyager, éditions Ulysse.