Olivier Nakache ouvre Cinemania avec “Le sens de la fête”

Les rires devraient fuser dans la salle le soir de l’ouverture du festival Cinemania, ce jeudi 2 novembre. Olivier Nakache présentera “Le sens de la fête”, le dernier film qu’il a co-réalisé avec Eric Toledano. Après “Les Intouchables” et “Samba”, le duo français nous plonge dans les coulisses de la préparation d’un mariage (voir notre article sur la sélection de films français à Cinemania ici).

S’il avoue être stressé chaque fois qu’il présente son travail au public, c’est plutôt dans un état d’esprit positif qu’Olivier Nakache aborde cette première projection au Québec. “Je me dis : que le film sorte ici, c’est une chance“, nous confie le réalisateur. Il peut se permettre d’être assez serein, la comédie ayant déjà enregistré près de 2 millions d’entrée depuis sa sortie en France. Reste à séduire le public québécois. “Le film a été beaucoup acheté sur scénario, avant même qu’il soit tourné. Je n’ai pas envie de décevoir les distributeurs qui ont misé sur nous“, espère-t-il.

Avec ce nouveau film, Olivier Nakache et Eric Toledano décortiquent l’univers de la préparation de mariage, un milieu qu’ils connaissent bien pour y avoir travaillé ensemble quand ils avaient vingt ans. Ils ont aussi voulu offrir au public une comédie légère, sans aborder de sujet sérieux comme ils ont pu le faire avec le handicap ou l’immigration. Une sorte de thérapie pour échapper au climat anxiogène qu’ils ont ressenti profondément en France et qui est vécu également en Amérique et ailleurs. “Avec Charlie Hebdo, les attentats de Toulouse, il y a eu une accumulation qui a pesé sur notre moral à tous, une vague qui a été jusqu’à l’attentat de l’Hyper Cacher. Cela a été très douloureux pour notre société (…). Billy Wilder disait : “Quand je suis déprimé je fais une comédie”. Là on a eu une vraie envie d’entendre les gens rire ensemble dans une salle”, explique Olivier Nakache.

Dès la première scène du film, le ton est donné avec un Jean-Pierre Bacri exaspéré par les demandes insistantes d’un couple pour tirer au maximum leur budget de mariage vers le bas. Avec sa capacité à émouvoir tout en excellant dans la comédie, les deux réalisateurs ont créé le rôle pour lui. Il est entouré de Jean-Paul Rouve et Gilles Lellouche très en forme, de Benjamin Lavernhe de la Comédie-Française, parfait en marié pénible et de la Québécoise Suzanne Clément qui était également dans le casting dès le début de l’aventure. “Quand on écrit, on a besoin de matérialiser les gens. Ce ne sera peut être pas eux au final mais on imprime des photos qu’on colle au mur et on écrit en fonction des personnalités des acteurs. Suzanne en faisait partie”, raconte le réalisateur.

Grands dévoreurs de films qu’ils vont voir ensemble, Eric Toledano et Olivier Nakache ont été notamment emballés par les acteurs du film “Starbuck” et apprécient de travailler avec les Québécois. “Dans la plupart de nos films, il y a des acteurs québécois”, remarque Olivier Nakache qui salue leur professionnalisme. “Ils travaillent à l’anglo-saxonne. Ils arrivent en connaissant leur texte au cordeau. Ils sont bons (…). On rêverait de travailler avec Antoine Bertrand, Michel Côté, Patrick Huard…. Ce sont des gens qu’on adore”.

Avec 3,1 millions de recettes au Québec, “Intouchables” est le film français le plus populaire au box office québecois depuis 2012. Une belle carte de visite pour ce nouveau film qui sortira dans les salles québecoises le 15 décembre 2017.