23ème édition du festival Cinemania: notre sélection de films français

De gauche à droite : Guilhem Caillard et Maidy Teitelbaum (Cinemania), Elaine Dumont (SODEC)

La nouvelle édition du festival du film francophone Cinemania s’ouvrira et s’achèvera avec deux films français maniant respectivement comédie et humour noir: “Le sens de la fête” et “Au-revoir là haut”Avec les réalisateurs oscarisés Claude Lelouch et Michel Hazanavicius en invités d’honneur, le festival fera la part belle à la France dont l’une des régions, l’Occitanie, sera d’ailleurs mise à l’honneur. Voici une sélection de films français à découvrir, du 2 au 12 novembre.

“Le sens de la fête”, d’Eric Toledano et Olivier Nakache

C’est la nouvelle comédie du duo de réalisateurs à succès. Après “Les Intouchables” et “Samba”, Eric Toledano et Olivier Nakache nous font pénétrer dans les coulisses de l’organisation d’une réception de mariage. Au casting: Jean-Pierre Bacri en organisateur de noce qui doit gérer les dérapages de sa brigade, Jean-Paul Rouve, Gilles Lelouch et l’actrice québécoise Suzanne Clément. En France, “Le sens de la fête” a dépassé “Blade Runner 2049” la semaine de leur sortie. Olivier Nakache sera présent au festival du 31 octobre au 4 novembre.

“Au-revoir là-Haut”, d’Albert Dupontel

En adaptant le roman de Pierre Lemaître, qui a reçu le prix Goncourt, Albert Dupontel vise haut. C’est l’histoire de deux rescapés des tranchées qui décident de se lancer dans une escroquerie morbide. Une épopée cynique racontée avec un humour noir, grinçant et extravagant, et le ton décalé d’Albert Dupontel. Il figure lui même au casting, aux côtés de Nahuel Perez Biscayart, Mélanie Thierry, Émilie Dequenne, Niels Arestrup et Laurent Lafitte.

“Le redoutable”, de Michel Hazanavicius

Il est l’un des deux réalisateurs invités vedette de ce festival et sera présent du 30 octobre au 5 novembre. Son dernier film, inspiré du livre écrit par Anne Wiazemsky (la seconde femme de Jean-Luc Godard) dans lequel elle revient sur leur vie commune, a fait débat au dernier Festival de Cannes. À voir pour se faire sa propre opinion sur ce portrait de Godard à un moment où sa vie bascule, dans l’atmosphère de mai 68. Avec Louis Garrel et Stacey Martin.

https://www.youtube.com/watch?v=faClzawNynI

“Barbara”, de Matthieu Amalric

C’est l’un des films “coup de coeur” des organisateurs du festival. Un film dans un film dans lequel Jeanne Balibar incarne Barbara, ou plutôt une actrice recrutée pour se glisser dans la peau de la chanteuse. Elle travaille la voix, le répertoire, les gestes, et se laisse peu à peu envahir par la légendaire auteure-compositrice-interprète. Jeanne Balibar participera au festival du 3 au 5 novembre.

“Lola Pater”, de Nadir Moknèche

C’est le deuxième film “coup de coeur” des organisateurs du festival. À la mort de sa mère, Zino décide de chercher son père, Farid qui, lui a-t-on dit, l’a abandonné. Il le trouve en la personne de Lola, femme transgenre incarnée par Fanny Ardant. Elle a aimé une femme lorsqu’elle avait un corps d’homme et du fruit de cet amour est né Zino. Lola tente alors de renouer avec son fils. Nadir Moknèche sera présent au festival du 8 au 12 novembre.

“L’Amant double”, de François Ozon

Avec ce thriller à suspense érotique, le réalisateur a secoué le dernier Festival de Cannes. Marine Vacth y incarne la patiente d’un psychanalyste (Jérémie Rénier) avec qui elle noue une liaison amoureuse charnelle et sans limite. Elle s’aperçoit bientôt que son amant cache une partie de son existence. Dans un climat de suspense hitchcockien, on retrouve également l’actrice Jacqueline Bisset. Jérémie Rénier participera au festival du 9 au 12 novembre.

“Jalouse”, de David et Stéphane Foenkinos

Une professeur de lettres divorcée se transforme soudainement en un personnage d’une extrême jalousie. Avec Karine Viard, Dara Tombroff et l’actrice québécoise Anne Dorval. Une comédie grinçante contenant également une bonne dose de drame et de suspense psychologique.

Bien d’autres films seront à découvrir, notamment le documentaire “Jeune femme” de Leonor Ferraille, “Petit paysan” d’Hubert Charuel, “Rock’n’roll” de Guillaume Canet ou “Diamant noir” d’Arthur Arari. En tout, ce ne sont pas moins de 54 films qui seront présentés lors du festival (programmation complète ici).