Chorale, expos, bleuets et coquelicots : Montréal se souvient de la Première Guerre Mondiale

Crédit : Consulat Général de France à Montréal

À l’approche du centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale, le réseau diplomatique et consulaire français au Canada se souvient et se mobilise. Des événements et des cérémonies de commémoration auront lieu à travers le Canada durant tout le mois de novembre. Découvrez ce qui vous attend à Montréal.

Le dimanche 11 novembre dès 9h (il est conseillé d’arriver à 8h40), le Consulat général de France organise une cérémonie de commémoration du Centenaire de l’Armistice au parc Lafontaine. Le rendez-vous est donné devant le Monument aux morts français de Montréal et aux volontaires canadiens de l’armée française. L’événement rassemblera autour de la Garde Républicaine et des Fusiliers Mont-Royal, le Lieutenant-Gouverneur Michel Doyon, Magda Popeanu, vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal, Damien Regnard, Sénateur représentant des français établis hors de France et des élèves de l’école militaire de St-Cyr (à confirmer).

Une chorale mixte composée de 100 élèves des Collèges Stanislas et Marie-de-France accompagnera également cette cérémonie qui se clôturera par le dévoilement d’un arbre de la paix.

Ce même jour à 11h, la Consule générale de France à Montréal, Catherine Feuillet, participera à la cérémonie officielle organisée par les Forces Armées canadiennes sur la Place du Canada. Un dépôt de gerbes en compagnie des autres consuls généraux et représentants diplomatiques est prévu.

Éducation et mémoire

-Au Collège Stanislas, le samedi 10 novembre, une exposition « Mémoires de la Première Guerre mondiale au Québec », réalisée par les élèves de CM2, 3e et 1ère, en collaboration avec leurs enseignants, est donnée à voir. Ouverture au public de 10h à 17h à la Chapelle du Collège Stanislas.

Un court métrage, qui fait le pont entre la fin de la Première Guerre mondiale et la création du Collège Stanislas en 1938, a également été réalisé pour l’occasion. Regardez-le dès maintenant :

Jusqu’au 11 novembre, l’établissement met également en vente des bleuets et des coquelicots, symboles du souvenir. Rendez-vous sur le site de la Fondation ou à la réception du Collège Stanislas (780 bd Dollard) pour en savoir plus.

Le 7 novembre, une rencontre-conférence destinée aux étudiants de 3e et de 1ère, animée par l’historien Mourad Djebabla-Brun du Collège militaire royal du Canada, sur la thématique des mémoires plurielles de la Grande Guerre au Québec est organisée au Collège Stanislas.

Le 9 novembre, des étudiants de 2nde marcheront jusqu’au parc Outremont pour y déposer des drapeaux de la paix en vue de la commémoration de l’Armistice, et participation du chœur des enfants du Collège Stanislas à la cérémonie de l’Armistice par l’arrondissement d’Outremont.

-Au Collège International Marie-de-France, jusqu’au 9 novembre, une exposition intitulée “La Der des Ders : regards sur la Première Guerre
mondiale”, en partenariat avec Les Fusiliers Mont-Royal, est à l’honneur au centre de documentation et d’information (CDI).

Du lundi 5 au jeudi 8 novembre, la plantation d’un champ de coquelicots sera réalisée dans le hall du Collège International Marie-de-France par les élèves de l’établissement.

Enfin, le vendredi 9 novembre, une soirée d’hommage aux Poilus franco-canadiens, avec la participation de la musique régimentaire des Fusiliers Mont-Royal, aura lieu au Collège International Marie-de-France. Des bleuets seront également vendus tout au long de la soirée de même qu’aux portes ouvertes des 7 et 8 novembre.

Le bleuet et le coquelicot, symboles du souvenir

Le symbole du bleuet trouve ses origines sur les champs de bataille de la Grande Guerre. Malgré le retournement de la terre par les obus, le bleuet comme le coquelicot continuaient à pousser. Ces deux fleurs constituaient le seul témoignage de vie sur les champs de bataille. La France a choisi le bleuet, présent abondamment dans l’Est de la France tandis que le Royaume-Uni a privilégié le coquelicot, seule note colorée des champs de bataille des Flandres, de la Somme et de la Picardie.

De nos jours, les fonds récoltés par la vente du Bleuet de France sont reversés à l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre) qui poursuit cette mission de solidarité et de mémoire pour celles et ceux tombés ou blessés au combat.

D’autres événements auront lieu à Toronto, Vancouver, Calgary, Moncton, Québec, et Ottawa tout au long du mois de novembre.