Jacques Chirac, “le grand ami du Québec”

Crédit : Wikipédia, Eric Pouhier

Jacques Chirac, ancien président de la République française, s’est éteint à l’âge de 86 ans ce jeudi 26 septembre 2019 des suites d’une maladie. Sur les réseaux sociaux et dans la presse, les réactions se multiplient, y compris au Québec.

La Presse a rappelé que Jacques Chirac avait été reçu officier de l’Ordre du Québec en 1987 “afin de marquer la tradition des rencontres annuelles entre les chefs de gouvernement français et québécois, tradition qu’il a grandement contribuée à maintenir”. Dans cette même optique d’un Chirac résolument tourné vers la réussite du Québec, la ministre des Affaires internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a aussi rappelé que c’est sous son impulsion qu’a été créée l’Association internationale des maires de la francophonie.

Selon Jean Charest, ancien premier ministre du Québec, Chirac n’était autre que l’incarnation de la France comme il l’a confié à Radio-Canada. “Il était resté cinq semaines au Québec, en vacances, en 2003. Nous l’avions reçu à dîner avec son épouse. C’était une soirée absolument fascinante. Ils sont partis à 1 h du matin. C’était le début d’une longue amitié”, a confié l’ancien premier ministre avant de rappeler le rôle joué par Chirac lors de la mise en œuvre de l’Accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada et son refus de suivre les États-Unis dans la guerre en Irak en 2003.

Une opposition à la guerre américaine en Irak qui, selon le Huffington Post Québec, lui a permis de connaître “une lune de miel avec les Français (…). Mais, très vite, le climat politique se gâte. (…) La page chiraquienne se tourne en 2007 lorsqu’il apporte «tout naturellement» son soutien à Nicolas Sarkozy, un homme qu’il ne porte pourtant pas dans son coeur.”

Un amoureux de la langue française et (donc) un ami du Québec

Comme l’évoque Radio Canada International ici, Neil Boucher, le président de la Société nationale de l’Acadie, se rappelle encore du passage remarqué de Jacques Chirac à Moncton en 1999, au huitième Sommet de la francophonie. “Il salue en lui « un individu de taille, de marque et d’importance » qui a toujours défendu la langue française, dans un contexte nord-américain à forte dominance anglophone, ce qui lui a valu d’être auréolé de la plus haute distinction de la Société nationale de l’Acadie. Chirac a reçu la médaille Léger-Comeau.”

De son côté, François Legault, premier ministre du Québec, a fait savoir sur Twitter que Jacques Chirac avait été “un ami du Québec” :

Valérie Plante a, quant à elle, rappelé qu’il avait été l’un des premiers “à tirer l’alarme sur les changements climatiques” :

Et Justin Trudeau, premier ministre du Canada, a rapporté que Jacques Chirac avait été un “leader inspirant” :

Enfin, au Salon bleu du parlement, à Québec, une minute de silence a été observée, comme on peut le lire ici.