Restaurant Saison : une gastronomie de quartier à la française

Jonathan Cohen, propriétaire des lieux, Aurélien Kerzerho, chef pâtissier et Claude Lebayon, chef de cuisine. Crédit : Manuela Thonnel

À l’angle des rues Beaubien et Saint-Dominique, le Restaurant Saison tape à l’oeil. Financiers, cannelés, galettes bretonnes mais aussi et surtout des créations sucrées aussi belles que bonnes (on a testé pour vous) : le lèche-vitrine n’a jamais aussi bien porté son nom. D’élégante simplicité, l’établissement ouvert depuis quelques mois a séduit le quartier Rosemont et commence à se tailler une belle réputation en ville. 

Nuances de gris, ardoises au mur : c’est dans une atmosphère épurée que se cachent les trois gaillards français à l’origine du Restaurant Saison. Aux fourneaux de ce “restaurant-pâtisserie”, on retrouve Jonathan Cohen, propriétaire des lieux, Aurélien Kerzerho, chef pâtissier et Claude Lebayon, chef de cuisine. Un savant mélange de talents qui a fait naître un lumineux restaurant à leur image.

Tout a commencé par une rencontre de quartier, celle de trois expatriés avec “la même vision des choses et les mêmes attentes”, raconte Claude Lebayon, arrivé à Montréal il y a 10 ans, après avoir travaillé 13 ans dans des étoilés Michelin. Forts de leur prestigieux parcours culinaire, ils ont tous les 3 mis la main à la pâte pour un restaurant à leur image : lunch, brunch, pâtisseries, et pas de service le soir, sauf événement. “Parce qu’on veut pouvoir continuer à passer du temps avec nos familles“, explique simplement Jonathan Cohen, habitué à la qualité de vie canadienne.

Les ingrédients de leur succès ? Des produits locaux, des fournisseurs choisis avec soin et surtout des produits de… saison. “Saison” au singulier car “le restaurant n’emploie que des produits de la saison en cours”, explique Claude Lebayon. Une cuisine qui ne se goûte donc qu’au présent avec des menus à découvrir chaque semaine. Le trio d’expatriés fait confiance aux fournisseurs québécois, les fruits et légumes cultivés non loin de Montréal, la charcuterie vient de Kamouraska. Pour les vins, c’est l’agence Le Vin dans les Voiles qui se charge de leur dégoter une sélection de bouteilles, souvent importées, pour sublimer leurs plats. “Elles proviennent souvent de petits vignobles, ce ne sont pas des bouteilles que l’on trouvera dans la SAQ du coin, c’est sûr”, explique le propriétaire. A la carte : seulement quelques lignes, deux entrées, deux plats et les desserts visibles en vitrine. Comptez 22$ pour un service deux plats, 25$ pour un trois plats (entrée/plat/dessert).

Un partenariat florissant 

Depuis mi septembre, le restaurant-pâtisserie a entamé un partenariat avec Gourmand & Co, à Verdun : une opportunité supplémentaire de goûter leurs gâteaux en ville. Je cherchais quelque chose de bien fait, esthétique et bon, évidemment. Je préfère de loin encourager les petites entreprises”, explique Jessie Lassonde, la propriétaire de la boutique. Il est encore tôt pour mesurer le succès de ce partenariat auprès de la clientèle, “mais je crois que le produit est bien apprécié“, confie-t-elle. Pour le moment, le restaurant fournit une quarantaine de pâtisseries, sans compter les cakes, les guimauves, entre autres, au café-boutique.

Enfin, restez à l’affût : le restaurant devrait bientôt annoncer la date de son prochain “pop-up”. D’ici fin septembre, une soirée sera spécialement dédiée aux classiques mexicains. Pour l’occasion, le chef Eduardo Acosta, du restaurant Le Caifan, mêlera ses talents à ceux des trois chefs français. Un régal en perspective.