On a testé pour vous l’Auberge de montagne des Chic-Chocs

Crédit : Lyne St-Amand

Quand on en a assez de la foule des stations de ski, et qu’on a envie d’aventures extrêmes, de silence, de nature en mode 360°, la solution existe : filer en Gaspésie. Direction l’Auberge des Chic-Chocs nichée à flanc de montagne dans la réserve faunique de Matane, le paradis de la poudreuse. Et qu’on se le dise, les Rocheuses et les Alpes n’ont qu’à bien se tenir ! 

Un concept unique dans l’est canadien

Des vacances inédites dans un cadre magique qui se mérite. Aller aux Chic-Chocs c’est d’abord se préparer à un road-trip sportif. Après 8h sur l’A20 et la mythique route 132 de Montréal jusqu’à St-Anne-des-Monts, un bus puis une chenillette vous amènent à l’établissement. Sur le trajet, vous aurez même peut-être, comme nous, la chance d’apercevoir un orignal. Il y en a partout dans la réserve…

Concept unique dans l’est canadien, avec sa capacité de 18 chambres douillettes, l’auberge 4 étoiles de la SEPAQ est isolée de toute civilisation : pas de réseau cellulaire ni de wifi juste un téléphone fixe et un seul poste internet pour les urgences. La détox digitale est totale ! « De mi-janvier jusqu’à la mi-mars, c’est quasi complet. Les seuls soirs où on n’est pas complet, ce sont des annulations pour maladie ou pour blessure… », nous lance Guy Laroche, le directeur de l’Auberge.

Une expérience inoubliable

Un succès largement dû aux activités proposées. Il faut dire que c’est le spot ultime au Québec où pratiquer le ski de haute-route (hors-piste) : ou comment dévaler les pentes en jouant à éviter bouleaux et épinettes, pour les remonter à pied après avoir fixé des peaux de phoque sous ses skis (véridique). Un conseil : mieux vaut avoir des cuisses en béton pour l’ascension !

Pour les moins casse-cous, deux autres options : le ski hok, un hybride entre le télémark et la raquette — une bestiole à dompter, et puis la Rolls-Royce de la randonnée hivernale : la raquette. Sécurité oblige, on part toujours en excursion avec son DVA (Détecteur de Victimes d’Avalanche) et son talkie-walkie, des appareils fournis par l’Auberge. Ça peut effrayer, mais aucun incident n’est à déplorer en 13 ans d’activité.

Les journées sont intenses, bien préparées par la team des guides, et adaptées au niveau de tous. « Pas besoin d’avoir un très bon niveau pour venir. Loin de là ! Il y a les sportifs de l’extrême mais beaucoup de notre clientèle a plus de 45 ans. Ce ne sont pas tous des gens ultra en forme… », poursuit Guy Laroche.

Détente et plaisir des papilles

Et pour cause, il y a moyen de passer un séjour fabuleux en séchant le sport et en optant pour le combo « Sieste-Sauna-Spa » avec en bonus un détour par la cabine de Sylvie, la fée des masseuses. 

Sans oublier, les repas (délicieux) pris dans salle à manger conviviale où on peut venir se réchauffer autour du foyer en sirotant son verre à l’apéro. La carte des vins est d’ailleurs exceptionnelle : la sélection est effectuée par Guy Laroche lui-même qui s’avère être aussi un sommelier hors-pair.

Jouer aux aventuriers a évidemment un prix : à partir de 598$ pour deux nuits l’hiver avec équipements, repas, cartes et guides inclus. L’été, les accrocs de neige fraîche laissent la place aux randonneurs et amoureux des orignaux.

Crédit : Stéphanie Cabre