5 livres québécois à (re)découvrir

Lancée en 2014, l’initiative “Le 12 août, j’achète un livre québécois !” est devenue partie intégrante de l’été culturel au Québec. Initiée par les auteurs Amélie Dubé et Patrice Cazeault, l’objectif de la démarche est double : stimuler la lecture et les ventes d’ouvrages québécois. On a profité de l’occasion pour vous présenter 5 livres québécois cultes.

La littérature québécoise est vibrante, créative et plurielle. Elle se décline à tous les temps. On parle de diversité de styles et de genres : de quoi charmer le lecteur, petit ou grand, celui sur le qui-vive ou le glouton qui ingurgite tout ce qui se lit. Le 12 août est un très joli prétexte pour rendre hommage à cette littérature qui reflète si bien la diversité du Québec.

Que vous soyez au Québec depuis trois mois ou une décennie, voici quelques pistes, des livres d’hier et d’aujourd’hui, qui nous parlent de territoires, d’autochtones, de boat-people, de neige mais aussi de Paris.

RU de Kim THUY / Éditions Libre Expression

Kim Thuy narre pour nous, par petits fragments, le récit d’un grand voyage initié par les remous de l’Histoire depuis la vie douce à Saigon jusqu’à la grande froidure de l’hiver québécois. De courts récits palpitants qui, au-delà de l’anecdote, touchent à l’humanité. Elle évoque l’arrivée du communisme, la fuite des boat-people, un camp de réfugiés et le havre de paix au Québec. Petits fragments ciselés qui révèlent un art consommé de l’évocation toute en simplicité. Les sens nous font voyager par les odeurs, les couleurs : on ressent le texte, touchés en plein cœur. Un style plein d’une profondeur légère avec un humour mutin. Un grand voyage !

La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette / Éditions Marchand de feuilles

Anaïs Barbeau-Lavalette, en remontant le fil d’Ariane de sa mère pour en arriver jusqu’à Suzanne Meloche, sa grand-mère, relate une période foisonnante et trouble de l’histoire du Québec avec le “Refus global”, un manifeste artistique signé par les artistes Borduas, Gauvreau et Riopelle.  À travers ce récit de femme cherchant sa liberté à travers les méandres de l’Histoire, l’auteure nous livre une réflexion âpre sur la liberté, la création et la filiation. Par petites touches, on y découvre une époque révolue d’une lumineuse noirceur. Un récit qui, par le biais de la vie d’une femme, révèle tout un pan de l’histoire du Québec.

Manikanetish de Naomi Fontaine / Éditions Mémoire d’encrier

Peut-on opposer le théâtre à la violence de la vie ? Sur une réserve de la Côte-Nord, on suit l’année d’une enseignante de français qui offre son expérience comme on tente de vaincre le sort, avec ténacité et amour. Pour éclipser le destin et convoquer l’espoir, elle entreprend un projet de théâtre : monter Le Cid de Corneille comme spectacle de fin d’année. Un pari fou et puissant, parce qu’au bout de cette année, l’espoir aura gagné un peu de terrain. Un récit touchant qui nous fait découvrir une réalité poignante et la lumière en contre-champ.

Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin / Éditions La Peuplade

Le récit hypnotique et brutal d’un compagnonnage dans l’immensité de l’hiver. Deux hommes doivent affronter l’enfer de la froidure immobile. Liés par un pacte étrange, un jeune homme gravement blessé et un vieil homme tentent d’affronter le temps qui s’étire avant le retour d’un printemps hypothétique, engourdis dans la blancheur de l’hiver québécois. La violence de l’immobilité, les sons feutrés par la neige et l’attente. Beau, puissant et glacial.

Paris avec chat de Dany Laferrière / Éditions du Boréal

Ce nouveau livre de Dany Laferrière est inclassable, un cadeau acidulé. Il nous offre un vent de fraîcheur en toute créativité. Comment résumer cet ovni ? Des dessins, du texte, des histoires, des clins d’œil irrévérencieux et plein d’humour, de candeur facétieuse. C’est le regard d’un artiste des mots qui utilise le dessin pour aller plus loin par le chemin de l’école buissonnière, là où on ne l’attendait pas. Si Paris est une fête, c’est également le haut lieu des lettres où les écrivains du monde entier se donnèrent, en leur temps, rendez-vous. On y croise Henry Miller et Borges, Montaigne ou encore Aimé Césaire mais cela va bien au-delà. Un livre plein d’ingéniosité et de surprises.