Rap québécois : 5 artistes à découvrir tout de suite

Rap québécois
Crédit photo : Koriass et Bobby One - Coup d'Oreille sur Flickr

Passerelle idéale entre le rap français et le rap américain, les rappeurs québécois font de plus en plus parler d’eux et tentent de traverser les frontières. Les artistes, qui visent à s’exporter en France et aux Etats-Unis, méritent qu’on y prête une oreille. Maudits Français vous conseille 5 artistes choisis totalement subjectivement à écouter pour parfaire votre culture québécoise.

1 – Koriass, la valeur sûre

Parler de “rap keb” sans parler de Koriass, ça ne serait pas vraiment très sérieux de notre part. À 33 ans, le Montréalais, qui est une figure incontournable du rap québécois, en est déjà à son quatrième album. Son dernier opus, “Love suprême”, avait fait l’objet d’une tournée en France en 2016. “Ce que je me demande chaque fois, c’est : vont-ils comprendre ce que je raconte ? Mais beaucoup de gens me connaissent ici par Internet, et j’ai un français assez international”, avait-il indiqué à propos de son public français à Radio Canada.

2 – Loud, le rappeur du moment

Loud est le rappeur québécois qui a fait le plus parler de lui fin 2017. Un succès qui s’explique par la sortie de son nouvel album, “Une année record”, qui est pile dans les sonorités du moment : une sorte de “cloud-rap” qui a notamment permis au groupe PNL de connaître le succès qu’on lui connaît. Son titre 56K a notamment dépassé le million de vues sur Youtube. Une belle performance qui lui a ouvert les portes de Paris, puisqu’il organisera son premier concert sur le sol français le 29 janvier 2018. “Paris c’est loin, sauf en 747″, a annoncé l’artiste à son public français.

3 – ST x LIAM, le rap franglophone

Moins connus mais tout aussi talentueux, ST et LIAM, sont deux artistes qui ont fait un pari audacieux : sortir un album Franglophone qui mélange français et anglais. Disponible sur Soundcloud depuis quelques jours, le projet est réussi. Mention spéciale pour le morceau Bonjour Hi, qui entre pile-poil dans l’actualité du moment alors que le gouvernement québécois aimerait que les commerçants accueillent les consommateurs d’un simple “bonjour”. On apprécie ce petit passage du son qui résume bien leur mentalité : “Molière et Shakespeare dans mon setlist / J’build mes phrases comme à Tetris.”

4 – Nate Husser, le côté américain

Nate Husser est un amoureux de Montréal, ou plus précisément de la rue Sainte-Catherine. Non pas pour ses milliers de magasins ou pour sa longueur record, mais plutôt pour le côté chaotique de l’artère commerciale la nuit tombée. Un tel amour qu’il a décidé de lui dédier une chanson et d’en réaliser le clip lui-même avec son iPhone. “J’ai une histoire pour chaque coin de cette putain de rue. C’est une histoire personnelle, alors ça faisait du sens de la filmer moi-même”, a déclaré le rappeur à Vice Québec. Les amateurs de rap US seront servis avec lui.

5 – Mike Shabb, le petit génie

Alors qu’il n’a même pas 20 ans, Mike Shabb est déjà considéré par certain comme l’avenir du rap québécois. Originaire de Sherbrooke, le jeune homme intéresserait déjà les producteurs et les maisons de disque. Inspiré du rap d’Atlanta, l’artiste produit lui-même ses sons, entre sonorités boom bap à l’ancienne et trap actuelle. “Ça me plaît de pouvoir à la fois produire et rapper, ça me donne un contrôle total sur ma musique”, a confié l’artiste à Vice qui lui prédit un grand avenir. En tout cas, la qualité est au rendez-vous, en témoignent ses clips disponibles sur Youtube.

On aurait pu aussi parler de : Alacair Ensemble, KNLO, Dead Obies, FouKi, Rymz, Shash’U, Lary Kidd, LaF