Un Alsacien de Montréal à la conquête des paysages canadiens en vélo

Xavier en Alberta à Calgary face au lac Moraine

En savoir plus


  • Pour suivre les péripéties de Xavier, c'est par ici! Évidemment, il ne met pas sa page à jour tous les jours, alors patience...

  • Les "warmshowers": il s'agit d'une communauté de cyclistes qui mettent à disposition "un lit et une douche chaude" pour les cyclistes, autour du monde.

Xavier Nonnenmacher a posé ses valises à Québec City pour la première fois en 2009, à l’occasion d’un stage en informatique. C’est en 2014 qu’il est revenu au Canada, cette fois-ci à Montréal, pour y travailler. Depuis, il s’y est construit une vie confortable et s’est trouvé une passion pour le cyclisme. Cette année, il a décidé de tout lâcher pour traverser le Canada en vélo et en trois mois.

“En arrivant à Montréal, en 2015, je me suis mis au vélo. J’en ai acheté un et je l’ai utilisé pour aller au travail ou voir mes amis, etc”, raconte Xavier. De là, l’idée d’un vrai périple a pris forme. Pour donner vie à son projet, il a assisté à des conférences, cherché des sponsors, s’est renseigné sur la manière dont il pourrait réaliser un périple en maximisant le potentiel de rencontres (il a opté pour la formule camping/warmshowers) et s’est finalement décidé à partir.

Cette année, c’était le bon moment pour que je me lance! Ce que j’aime dans l’idée de faire du vélo? Toutes ces rencontres que je peux faire le long de la route.”

Pourtant rien ne préparait Xavier, alsacien d’origine, à entamer cette aventure au long cours. S’il admet qu’il a toujours été un sportif qui “mange sainement, va à la gym, fait du vélo à Montréal”, il avoue qu’il n’avait encore jamais tenté ce genre d’aventure. “J’ai tendance à dire ce que je fais! Et cette idée d’un périple transcanadien me trottait dans la tête depuis un moment. J’en parlais à tous mes amis sans jamais le faire.” C’est désormais chose faite depuis le 4 juillet, date à laquelle, depuis Vancouver, il a pointé son guidon dans une direction: Saint-John’s (Terre-Neuve) en suivant plus ou moins la Transcanadienne, d’ouest en est. Son inspiration? La scène où Forrest Gump décide de traverser les USA à pied:

Un rêve à portée de main

Depuis que je suis installé au Canada, j’ai fait des petits voyages à la découverte du Québec, mais je suis très peu sorti de la Province, finalement. J’ai passé une semaine au Yukon, c’est la seule fois où je suis parti un peu loin!”, raconte Xavier qui, par manque de temps, n’avait pas encore pu réaliser son rêve canadien.

Parti de Vancouver en Colombie-Britannique début juillet, il espère boucler son long périple en trois mois, pour des raisons logistiques principalement puisqu’il n’est pas équipé pour rouler l’hiver. Et le long des 7 200 kilomètres qui le séparent de Saint-John’s, il va avoir le temps d’en faire des rencontres!

Je me suis fait un planning, bien sûr. Mais quand je croise des cyclistes qui me disent d’aller à tel endroit parce qu’il y a quelque chose à voir, je suis leurs conseils,” explique Xavier qui a décidé de ne pas suivre de trop près les indications des cartes routières et de tracer sa propre route.

Il a d’ailleurs déjà fait au moins une entorse à son planning, en s’arrêtant à Enderby (Colombie-Britannique). “Je m’y suis arrêté pour regarder une projection de “Moi, Moche et méchant” dans un vrai cinéma drive-in comme on peut en voir des films américains!”

De Banff à Calgary, en passant par Thunder Bay, Ottawa et Montréal d’ici septembre (notez bien) avant d’entamer la remontée vers Saint-John’s, Xavier aura normalement pu admirer la plupart des paysages que le Canada peut offrir aux chanceux qui partent à sa découverte. À suivre…

En savoir plus


  • Pour suivre les péripéties de Xavier, c'est par ici! Évidemment, il ne met pas sa page à jour tous les jours, alors patience...

  • Les "warmshowers": il s'agit d'une communauté de cyclistes qui mettent à disposition "un lit et une douche chaude" pour les cyclistes, autour du monde.