Osez les vins québécois pour vos repas de fête !

Contrairement aux idées reçues, il est possible de boire du vin québécois et du bon ! Imaginée sur les conseils du sommelier Alexis Couëdic, un Breton qui a grandi dans le Beaujolais et que nous vous avons présenté il y a peu ici, voici une sélection de vins élaborés dans la Belle Province et qui sauront séduire vos convives lors des repas de fin d’année.

Les Bulles :
Domaine Bergeville, cuvée “L’Exception” rouge, extra brut en méthode traditionnelle faite à partir de cépages Frontenac noir et marquette. “C’est très acidulé, un vin rafraichissant avec des notes de canneberges et petits fruits rouges, ça fait saliver, et on a envie d’en reboire un verre tout de suite !”, explique le fondateur de Soif de Beaujus.
Sur le même domaine, voici un mousseux bio blanc extra-brut tout en minéralité : “L’intégrale“.
“Il existe aussi un format magnum un pétillant naturel du domaine. La cuvée s’appelle “Plus petit que” pour les grandes soifs”, précise Alexis Couëdic.

  • Vignoble Sainte-Petronille sur l’Île d’Orléans: coup de coeur assuré pour ce brut blanc 2016, assemblage Vandal-Cliche, Frontenac blanc. “Vinifié en méthode traditionnelle, très frais sur des notes citronnées et de pomme, parfait pour débuter un apéro du temps des fêtes”. 

Les Blancs :
“Idéalement, un joli chardonnay du domaine les Pervenches, déclare sans hésiter le sommelier, dont les cuvées de ce couple de passionnés s’arrachent comme des petits pains. “Pour en trouver, il faut tenter sa chance dans les épiceries (Pascal le Boucher ou fromagerie Hamel sur Jean Talon).”

Domaine le Grand Saint Charles : “Il reste quelques cuvées disponibles en SAQ, précise Alexis Couëdic, particulièrement séduit par le Grand Saint-Charles Frontenac Gris. Un vin venant de la Montérégie. Commentaire du spécialiste : “Un super rapport qualité prix, c’est assez aromatique sur les fruits exotiques, une belle acidité qui fait saliver.”

Le Mas des Patriotes
Jolie découverte aussi avec la Cuvée La Mansarde, élaborée par la vigneronne France Cliche du Domaine des Patriotes. “Un assemblage Frontenac Blanc et Seyval, élevé en barriques,  très bien réalisé avec des notes miellées et un peu de vanille. On a de la texture à boire en mangeant.”

Rouge :
Plus complexe de mettre un rouge québécois sur la table ! Alexis Couëdic conseille la cuvée “Évolution” du vignoble de La Bauge, un vin rouge élevé en fût, dont la version non filtrée d’inspiration nature peut encore se trouver chez Pascal Le Boucher.  “C’est un vin plein de fraicheur mais sans que ce soit trop marqué comme c’est souvent le cas pour les rouges québécois. Une très belle surprise !”

Si vous avez par miracle la possibilité d’obtenir un rouge du domaine Nival, foncez les yeux fermés, “on n’en trouve plus nulle part”, se désole Alexis Couëdic.

View this post on Instagram

De la Petite Arvine du Québec? Une occasion pas mal unique de goûter à cette micro-cuvée d’à peine 70 bouteilles jeudi le 5 décembre prochain au @chardobromont . . . #Repost @chardobromont ・・・ 2 cuvées exclusives! L’événement du 5 décembre prochain est l’occasion unique de gouter 2 vins élaborés à partir de cépages emblématiques de la Suisse: – En blanc, la cuvée Singulière Petite Arvine n’a été produite qu’à 71 exemplaires. C’est intense, complexe et vibrant. – En rouge, la nouvelle cuvée Un de Ces Quatres est sans contredit l’une des fiertés du vignoble, puisqu’il sont les pionniers dans la plantation du gamaret au Québec! – C’est une chance unique de goûter ces produits, en plus de vous régaler du menu exclusif préparé par Anthony et son équipe. Pourquoi la Suisse? Ce sera votre chance d’en discuter avec l’équipe du @domainedunival #vin #wine #vinduquébec #sommlife #winepairing #soireevigneronne

A post shared by Domaine du Nival (@domainedunival) on

Et pour changer du vin, vous pouvez aussi opter pour des cidres, poirées, vin de miel et autres spiritueux tel le gin québécois qui pourront aussi créer un effet surprise auprès de vos invités.

Pour compléter cet article :

Dans la série “Vino, vidi, vici”, le vigneron français Charles-Henri de Coussergues racontait les débuts de la viticulture québécoise. À écouter ci-dessous :

Listen to “Charle-Henri de Coussergues, un vigneron chez les chercheurs d’or” on Spreaker.