French Connection: quand la route de l’héroïne reliait Marseille à Montréal…

Replonger au cœur des années 60 au moment où Marseille, Montréal et New York abritaient le berceau d’un trafic mondial d’héroïne sans précédent, c’est ce que propose le balado French Connection.

La French Connection a opéré dans les années 50 et 70 entre la France et les États-Unis, avec Montréal comme plaque tournante. Ce gigantesque trafic d’héroïne regroupait diverses organisations criminelles et un nombre important de trafiquants français, canadiens et américains.

(Lire la suite sous l\'encart)

Plus important réseau jamais démantelé à l’époque, il est pourtant encore méconnu des Québécois. « La French Connection est très connue en France, il y a eu plusieurs films et documentaires sur ce sujet et des impacts importants du point de vue de la justice. Mais c’est aussi un pan de l’histoire criminelle québécoise important. Ici, on parle beaucoup des gangs, des Hells Angels et de la mafia, mais le trafic de drogue international est peu abordé », explique l’animateur du balado Stéphane Berthomet.

Ancien policier français spécialisé dans le balado et la recherche documentaire depuis plusieurs années au Québec, c’est tout naturellement que Mr Berthomet a eu l’idée de parler de la French Connection. « Je connais bien le milieu criminel, j’ai passé des années en contact, je connais leurs codes, comment ils vivent, comment ils pensent et je ne porte pas de jugement là-dessus. Je sais comment leur parler et surtout avoir une réelle écoute », raconte-t-il.

Plusieurs mois de recherche ont été nécessaires à la création de ce balado. « La recherche, c’est mon fond de sauce. On ne la voit pas, mais elle donne du gout. J’ai voulu apporter quelque chose qui n’a pas encore été fait dans ce domaine, trouver des éléments de recherches inédits et des témoins exceptionnels. Ça a été un gros travail de recherche ».

Mr Berthomet a voulu mettre en avant des intervenants au cœur de cette affaire pour créer un balado plus documentaire qu’historique. « Je ne suis pas historien. Mon approche à moi, c’est d’aller au plus près de la réalité et de la raconter de façon terre à terre, en partant de ce que les gens ont vécu et vu. Je veux rester au plus près des faits », explique-t-il.

Des personnages très intéressants interviennent dans le balado et dévoilent leur réalité de l’époque. On y retrouve par exemple l’ancien trafiquant marseillais « Milou » Diaz qui a fait transporter « des tonnes et des tonnes d’héroïne » ou encore le journaliste français François Missen qui a couvert cette période. Côté Québec, l’ancien journaliste Jean-Pierre Charbonneau, lui-même victime d’un attentat à cause de son travail sur le milieu criminel, intervient dans le balado.

Le balado French Connection comptera 4 épisodes d’une trentaine de minutes et saura plaire aux amoureux de série policière, d’histoires criminelles ou aux curieux qui souhaitent découvrir un pan de l’Histoire. « Le balado est un excellent moyen de raconter des histoires et de recréer une ambiance, conclut-il. Je crois en la puissance évocatrice de l’audio lorsque ce sont des gens qui nous parlent avec le cœur. On a voulu avoir une approche très sincère sur le sujet ».

À écouter gratuitement sur le site de Radio-Canada ou sur l’application OHdio.

Publicité