Yseult : « Un jour, oui, on va voir le bout du tunnel »

Photo : Alison Renaud

Nous avons rencontré Yseult, la jeune chanteuse française en mars dernier, quelques jours après son concert au Centre Phi de Montréal. Elle s’est confiée au micro de Maudits Français : « Je ne m’attendais pas à remplir une salle de 400 personnes, surtout qu’on est à Montréal ! C’était vraiment incroyable ! »

Toujours très proche de ses fans, Yseult est allée à leur rencontre à la fin du concert. «  Il y avait très peu de Français, voire pas du tout, il n’y avait que des Québécois », raconte Yseult très reconnaissante de rencontrer un nouveau public.

Loin des yeux mais près du cœur, elle garde toujours un lien avec ses plus grands fans via les réseaux sociaux. « Il y a un coté qui est beaucoup plus accessible via internet. J’aime bien répondre à tout le monde, et si je ne réponds pas, je mets des cœurs à chaque commentaire. Je trouve que c’est important de les respecter parce que ce sont eux qui me font kiffer. » Si la jeune femme se trouve aujourd’hui dans une position où elle est plus proche de son public, c’est parce qu’elle a décidé en 2019 qu’elle serait pleinement indépendante. « Il y a moins cette distance qu’il pouvait y en avoir avant, je leur pose des questions comme : “est-ce-que vous voulez le clip en entier sur Youtube ou vous voulez la version courte ?” Il y a beaucoup de gens qui voulaient la version longue et dès qu’ils ont vu que je l’avais postée, ils se sont dit: “ah ok, la meuf elle écoute quand même nos conseils même si elle aurait pu faire ce qu’elle voulait”, je pense que ce sont des gens qui se sentent investis dans le projet. »

View this post on Instagram

#YseultCorps Body sculptures : @esmaywagemans

A post shared by Y (@yseult___) on

« Être indépendante, ça représente beaucoup de travail »

En se déclarant indépendante, la jeune femme gère tout de A à Z : la production des clips, des titres, la direction artistique, le management, la négociation, la comptabilité, les rendez-vous… « Ce qui est bien, c’est que tu as vraiment ta liberté, tu n’appartiens à personne et je trouve ça cool de pouvoir bosser avec qui je veux, dire ce que je veux, quand je veux, ou je veux, je peux sortir mon projet quand je veux… en fait, je suis libre ! »

Si Yseult a débuté sa carrière après la Nouvelle Star sous un label qui n’était pas le sien, elle a vite changé les choses en créant son propre label et en lançant ses deux premiers EP, Rouge et Noir. Le dernier en date, et d’ailleurs celui qui a le plus décollé, c’est l’EP Noir : « C’est un EP d’affirmation, c’est la où je m’affirme musicalement et esthétiquement. Il est surtout sans compromis et sincère. »

« J’espère donner des frissons à ceux qui prendront le temps de m’écouter »

Avec une telle détermination, la chanteuse ne compte pas s’arrêter la. Elle dévoile quelques bribes de son prochain EP : « Je pense que le prochain sera un peu plus sensible et moins dans la force, il y aura un peu plus de piano-voix et moins de trap. Je vais surtout continuer dans un aspect qui sera plus basé sur le ressenti, j’espère donner des frissons à ceux qui prendront le temps de m’écouter ! »

C’est lorsque l’on parle d’un nouvel album qu’Yseult revient directement sur le plaisir qu’elle a à produire ses EP. « Je ne sais pas pour l’instant, j’avoue que les EP, ça me permet vraiment de développer mon projet et de prendre le temps de bien affirmer les choses visuellement. Ça me permet de me poser, d’être moins stressée, j’avoue que je commence à prendre goût aux EP et je trouve ça trop cool ce format, il n’y a aucune pression ! »

« Il ne faut pas avoir peur d’échouer »

Si la chanteuse pop/trap avait un mot à faire passer à toutes les personnes qui la suivent, ce serait celui-ci : « Entreprenez, n’ayez pas peur d’entreprendre la vie, il ne faut pas avoir peur d’échouer, de toute façon vous allez toujours trouver le moyen de vous relever quoiqu’il arrive. Il faut penser qu’un jour, oui, on va voir le bout du tunnel et on va tous réussir ! »