Pépite à Montréal : “Je comprends pourquoi autant de Français viennent s’installer ici”

Crédit : Manuela Thonnel

C’est sur une plage bretonne et grâce à un ami commun que le coup de foudre musical entre Édouard Perrin et Thomas Darmon a opéré. En juin 2015, le duo donnait alors naissance à Pépite. Avec déjà deux EPs et un album, “Virages”, à leur actif, ils sont venus, ce vendredi 13 septembre, faire découvrir leur pop expérimentale aux Montréalais pour la première fois.  

Leur style ? “Variété française, planant, mélancolique, solaire… Solaire mélancolique”, lancent les deux Français aux talents complémentaires. En textes et en chansons, Thomas déploie une panoplie de sentiments auxquels Edouard fait écho en musique, à l’aide de “guitares, basses, batterie, bidouillages informatiques aussi”. Une myriade d’instruments car le passionné ne pose aucune limite à sa conquête instrumentale. “Edouard joue des instruments même s’il ne sait pas en jouer ! C’est très drôle quand il se met au violon ou à la trompette”, confie son acolyte en riant.

En amour avec Montréal

Vous les avez peut-être croisés en ville cette fin de semaine : Edouard, lunettes de soleil et appareil photo jetable en poche, Thomas, chevelure hirsute et petite moustache, les deux “pépites” ont profité de leur première fois à Montréal pour visiter la métropole et ses environs.

Il ne leur aura fallu que quelques jours pour tomber en amour avec le Québec. “Tout a l’air plus logique ici, à commencer par la langue et l’attachement aux mots français”, explique Edouard, en amour avec la ville aux 100 clochers. “Je comprends pourquoi autant de Français viennent s’installer ici, c’est vraiment une ville agréable, mais moi je ne le ferai pas, je me sens bien à Paris”, a confié Thomas avant d’avouer qu’il avait tout de même un petit faible pour les écureuils. 

S’il y a des artistes québécois qui les inspirent ? “On adore Hubert Lenoir. Dans les classiques, on n’est pas trop fans de Céline Dion, mais on adore Robert Charlebois”. Côté projets, le duo prévoit déjà de visiter de nouvelles contrées. “Pourquoi pas passer quelques temps en Italie ? Ils ont de la bonne nourriture et de la bonne musique. Avec notre métier, on a la chance de pouvoir voyager, on peut avoir plusieurs vies”. À suivre…