“Jurassic Park” : cinéma flottant au parc Jean-Drapeau

crédit: Universal City Studios, Amblin Entertainment

Regarder un film en plein air, quoi de plus normal (et agréable) en plein été. Le Parc Jean- Drapeau a trouvé un concept encore plus ingénieux pour nous en mettre plein les yeux. Vous êtes donc invités ‘‘à des soirées cinéma pas comme les autres’’ au Complexe aquatique. Baigneurs et cinéphiles sont invités à assister à une projection de film, confortablement assis dans leur bouée. Un cinéma flottant, ça se tente !

Des bouées seront disponibles sur place, ‘‘mais ne vous gênez pas pour apporter la vôtre’’, précisent les organisateurs. Les participants sont d’ailleurs invités à se costumer en lien avec la thématique du film.

Les films sont projetés gratuitement à partir de 19h, après le bain libre. Il faudra cependant payer les droits d’entrée au Complexe aquatique pour profiter de l’expérience. Il ne reste que deux films à la programmation estivale du cinéma flottant !

‘‘Les dents de la mer’’, samedi 20 juillet

A quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d’Amity sont mis en émoi par la découverte sur le littoral du corps atrocement mutilé d’une jeune vacancière. Pour Martin Brody, le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été victime d’un requin. Il décide alors d’interdire l’accès des plages mais se heurte à l’hostilité du maire uniquement intéressé par l’afflux des touristes. Pendant ce temps, le requin continue à semer la terreur le long des côtes et à dévorer les baigneurs…

‘‘Jurassic Park’’, samedi 31 août

Le milliardaire John Hammond aurait dû y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans le “clonage” de dinosaures. C’est à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèces de dinosaures. Il s’apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c’était sans compter la cupidité et la malveillance de l’informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l’île.