Immigration : un programme réservé aux diplômés étrangers suspendu

Sans crier gare, ce 10 juillet 2019, le gouvernement québécois a décidé de suspendre temporairement la réception des demandes d’immigration permanente du volet Diplômés du Québec du Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Autrement dit, fini le programme spécial qui permettait aux diplômés étrangers des universités québécoises d’obtenir leur Certificat de sélection du Québec (CSQ) en moins d’un mois.

“Cette suspension sera en vigueur à compter du 10 juillet 2019 jusqu’au 1er novembre 2019. Cette décision vise à donner la priorité à la sélection de personnes qui occupent un emploi au Québec au cours de cette période”, peut-on lire sur le site du gouvernement qui annonce qu’il est toujours possible, pour les diplômés du Québec qui souhaitent y demeurer, de faire une demande de permis de travail postdiplôme auprès du gouvernement du Canada.

Selon l’attachée du ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion interrogée par La Presse, cela “fait partie de la refonte du système d’immigration par le gouvernement de la Coalition avenir Québec.” Le volet du PEQ visant les travailleurs étrangers occupant un emploi au Québec depuis plus d’un an est, quant à lui, maintenu.

Le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) a été mis en place en 2010 : il permet notamment aux diplômés du Québec et aux travailleurs étrangers temporaires d’obtenir en accéléré un Certificat de sélection du Québec en vue de la résidence permanente.

“Des milliers de jeunes viennent étudier chaque année au Québec et l’un de nos défis est justement de les retenir ici. On parle de jeunes qui étudient déjà ici et qui parlent français ! Il faut favoriser leur intégration au Québec, pas leur montrer la porte de sortie. C’est une décision tout simplement illogique”, a dénoncé Gabriel Nadeau-Dubois par voie de communiqué.

En attendant le 1er novembre, que doivent faire les personnes concernées ? “Il faut absolument obtenir le permis de travail post-diplôme afin de pouvoir rester travailler au Canada, en attendant le 1er novembre. Les étudiants doivent s’assurer de faire une demande de changement de statut (visiteur ou travailleur) avant la fin de validité de leur permis d’études actuel afin de pouvoir rester au Canada”, conseille Valérie Flat, conseillère réglementée en immigration canadienne pour VF Immigration. “Il faut aussi rassembler tous les documents pour la demande de CSQ et par la suite de Résidence Permanente dès la ré-ouverture du programme afin de ne pas perdre plus de temps”, lance l’experte qui précise aussi de faire attention aux changements fréquents de formulaires. “Vérifiez avant d’envoyer votre dossier que vous avez complété les formulaires disponibles en ligne à la date de l’envoi.”

Comme l’a rappelé La Presse, “l’an dernier, le Québec a accordé 10 711 Certificats de sélection du Québec (CSQ) par l’entremise du Programme de l’expérience québécoise, dont 5146 à des diplômés. Cette année, 8052 CSQ ont été délivrés de cette manière, dont 3236 à de nouveaux diplômés.”

Vous êtes français et concernés par cette suspension ? N’hésitez pas à nous envoyer votre témoignage en écrivant à [email protected] 

Article mis à jour le 15 juillet 2019