Mater, l’appli pour rencontrer des expats autour du globe

Adrien Belaich, créateur de l'application Mater. DR

Fraîchement débarqué à l’autre bout du monde, vous ressentirez peut-être un léger sentiment de solitude. C’était le cas pour Adrien Belaich après un an d’expatriation à Stockolm en Suède. Le point de départ de son application Mater (à prononcer “meïter”), qui permet de retrouver des expats autour de soi. Rencontre avec ce jeune Français de 27 ans qui contribue à créer du lien entre expatriés.

Diplômé d’un BTS Communication des entreprises, d’une licence en Management de la communication et d’un master Design graphique, Adrien Belaich a la bougeotte. Depuis maintenant 5 ans, il voyage et s’expatrie au gré de ses besoins professionnels. Développeur, web designer et rédacteur en chef du magazine de mode en ligne Parallel, il a notamment vécu à Montréal, New York et Stockolm.

Se reconnecter avec sa base culturelle”

Voyager, c’est faire des rencontres, mais aussi s’adapter à d’autres cultures et modes de vie. ‘‘Les rapports sociaux sont différents d’un pays à l’autre’’, estime Adrien Belaich. D’où parfois la nécessité de ‘‘se reconnecter avec sa base culturelle’’. Un besoin que ce Lyonnais d’origine a notamment ressenti en Suède et au Vietnam, pays où ‘‘l’intégration n’est pas toujours facile’’.

Et Adrien Belaich n’est pas le seul dans ce cas-là. L’étude annuelle d’Expat Insider estimait, en 2018, à 56 millions le nombre d’expatriés dans le monde. L’application Mater (‘‘le faiseur de copains’’) a donc de beaux jours devant elle. Cette application ‘‘sociale’’ géo-localisée en temps réel permet de faire des rencontres parmi 190 nationalités d’expatriés dans le monde entier. ‘‘Tu peux donc être Français et rechercher des Français autour de toi à Bangkok, comme tu peux également être Français et rechercher des Japonais à Madrid.’’

Adrien Belaich précise que son application n’a pas vocation à ‘‘être communautariste’’. Chacun peut décider qui il veut rencontrer. Brassage des cultures ou rencontre en ‘‘entre soi’’ : à vous de choisir.

Interface de l’application Mater. DR

Dating ou rencontres amicales ?

L’application permet d’affiner ses envies du moment. Partant pour un café ou plutôt un cocktail, aller au sport ou au cinéma ? Mater montre les profils des expats situés dans la même zone que vous, ‘‘dans le même mood en temps réel’’ ! Mater n’a pas vocation à être une application de dating, mais de ‘‘rencontres amicales’’. Les premiers retours sont pourtant éloquents : environ 60% des expats l’utilisent pour des rencontres amoureuses. ‘‘Je m’y attendais’’, rit Adrien Belaich qui précise qu’il n’a pas voulu ‘‘créé un Tinder d’expatriés’’.

Une forte demande mais peu (voire pas) de concurrents

L’application, actuellement en finalisation, sera disponible en test pour la version iOS début juillet. Plus de 4000 personnes en un mois ce sont déjà inscrites pour recevoir la version beta de Mater. ‘‘40 % de ces inscrits sont des Français’’, précise Adrien Belaich. Et le flot ne semble pas prêt de se tarir : ‘‘chaque jour, je reçois une cinquantaine de nouvelles inscriptions !’’ s’enthousiasme-t-il.

Selon le web designer, Mater est ‘‘une réponse concrète à un véritable besoin’’. Autre avantage pour Adrien Belaich ? Peu, voire pas de concurrence ! Si d’autres applications visent à favoriser les rencontres entre expats, aucune ne fonctionne comme Mater. Celle qui se rapproche le plus de Mater est Meet Up, qui organise des événements de rencontre. ‘‘Mais ce n’est pas en temps réel, ni pour la vie de tous les jours’’, précise Adrien Belaich.

Géolocalisée, en temps réel et ‘‘intuitive’’, l’application Mater fonctionne sur un modèle Freemium. Gratuitement, vous pourrez chatter avec 15 expats par semaine. Pour 3,99$, le nombre de chat devient infini. ‘‘Le but n’est pas de faire de l’argent, mais de répondre à un besoin’’, explique le fondateur de Mater. L’application entre bien dans la ‘‘philosophie de l’expat’’, estime-t-il.