Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes : “Nous sommes tous sous le choc”

Crédit photo: impression d'écran BFM TV

“Je n’y crois pas, c’est impossible”. “J’ai le coeur brisé”. “C’est un mythe qui s’effondre”. Telles sont les premières réactions des Montréalais (d’adoption ou non) face aux images de Notre-Dame de Paris qui partait en fumée ce 15 avril.

Un incendie important s’est déclaré dans la partie supérieure de la cathédrale aux alentours de 6:50pm (heure de Paris). Le feu a démarré dans les combles du bâtiment avant de se répandre à toute la charpente et la flèche qui culminait à 93 mètres au dessus du battement s’est effondrée. Chef d’oeuvre gothique ouvert au milieu du XIVème siècle, Notre-Dame de Paris est le monument le plus visité d’Europe.

Joint par téléphone, Jean-François Royal, directeur général de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours à Montréal, n’a pas caché sa tristesse. “On ne peut qu’être tristes et désolés de ce qui se passe actuellement, c’est une perte incroyable pour le patrimoine mondial historique”, a confié celui qui dirige un édifice emblématique à Montréal. “Nous sommes tous sous le choc ! C’est accablant que cela arrive. Mais il faut rester unis dans cette épreuve et voir comment les Français vont se relever plus forts suite à ce terrible événement”, a rapporté Jean-François Royal qui ne doute pas de “l’ingéniosité et de la créativité française” pour faire face à ce drame.

“Il faut savoir être solidaire dans un moment pareil”

Interrogé sur une mobilisation éventuelle dans les jours qui viennent, le directeur a fait savoir qu’il était encore trop tôt pour y répondre. “Il faut savoir être solidaire dans un moment pareil. Alors, il y aura probablement des collectes de fonds qui seront mises en place, mais c’est encore prématuré pour le dire. Laissons d’abord les autorités françaises agir et mesurer l’ampleur des dégâts”, a lancé le directeur général de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, “très solidaire” de la communauté française face à l’incendie de Notre-Dame de Paris.

De son côté, le curé de la basilique Notre-Dame de Montréal a également fait part de son “immense stupéfaction” en apprenant “la triste nouvelle” :

Oeuvre de l’architecte new-yorkais James O’Donnell, ce dernier s’était inspiré des deux tours de Notre-Dame de Paris et de Saint-Sulpice pour l’architecture de la basilique montréalaise, qui était devenue la première église de style néo-gothique du Canada, comme on peut le lire ici. La cloche de la basilique a d’ailleurs sonné en début d’après-midi en solidarité avec Notre-Dame.

Quant à l’archevêque de Montréal, Christian Lépine, a fait savoir par voie de communiqué que “ce très violent incendie a jeté la consternation chez les gens de nos villes et de notre archidiocèse de Montréal. Nous sympathisons avec les citoyens et citoyennes de Paris, avec les fidèles et avec toutes les personnes qui sont attristées en France et dans le monde”.

Contacté par téléphone, Mgr Alain Faubert, évêque auxiliaire à l’archidiocèse de Montréal, nous a confié qu’il était “de tout cœur avec toute la société française, avec les catholiques de France, de Paris et tous les citoyens français au-delà de leurs croyances. J’ai prié pour eux”. Il a également salué le courage des sapeurs-pompiers parisiens.

“Quand on touche à une église si symbolique, c’est le monde entier qui souffre. En tant qu’être humain, il y a des symboles qui nous parlent au-delà de la pragmatique de nos vies. Notre-Dame de Paris fait partie de ces espaces sacrés qui nous disent quelque chose sur nous-même”, a raconté Mgr Alain Faubert selon qui les “édifices” ont des messages à faire passer. “Ils nous rappellent que nous sommes des êtres de relation, pas seulement des atomes. Cela nous invite aussi, peut-être, à repenser notre manière de prendre soin de nos édifices mais aussi des uns et des autres. On le voit depuis l’incendie, il y un élan d’humanité vers l’ultime, une aspiration au dépassement (…)”, a indiqué l’évêque auxiliaire à l’archidiocèse de Montréal, avant de comparer Notre-Dame à une vieille dame qu’on va forcément saluer en allant à Paris. “On veut toujours avoir de ses nouvelles. Aujourd’hui, c’est une vieille dame qui va continuer à faire signe, même blessée. Elle est peut-être le symbole d’une société ou d’une église blessée et blessante, qui veut continuer à faire signe.”

Interrogé sur d’éventuelles cagnottes mises en place pour aider à rebâtir Notre-Dame, il a fait savoir qu’il y “pensait” et que “certaines personnes souhaitaient déjà contribuer”. “On attend de voir à quelles initiatives on pourrait se greffer”.

Pas facile d’être loin

“Cela m’a énormément attristée, c’est un gros choc car c’est un symbole de la nation française qui a été détruit. Dans ces moments là, ce n’est pas facile d’être loin, j’aimerais être là pour le voir”, nous a confié Yasmina Nousseir, 28 ans, étudiante française en sciences politique et stagiaire à Immigration à la carte à Montréal.

Pour Alexandre Corbasson, 32 ans, employé chez Digitad, c’est un événement d’une “grande tristesse“. “On n’imagine jamais qu’un tel drame puisse arriver… Notre-Dame de Paris existe depuis 1300, alors on a l’impression qu’elle est éternelle ! On se rend pas compte qu’une erreur ou qu’une étourderie peut tout détruire en quelques minutes”, a confié le jeune homme qui se montre philosophe face l’incendie. “Cela devrait nous apprendre à mieux profiter de tous ces monuments historiques qui nous entourent : on passe à côté d’eux tous les jours, sans se rendre compte de la chance qu’on a de les avoir”.

Réactions officielles

Le Premier ministre québécois, François Legault, a rapidement réagi à l’incendie de la cathédrale sur Twitter :

Tout comme Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, un peu plus tard dans l’après-midi :

Et Kareen Rispal, ambassadrice de la France au Canada, a fait part de sa “tristesse infinie” :

Face à l’émotion suscitée par l’incendie, le Consulat général de France à Québec a tenu à remercier tous les Québécois et les Français du Québec qui ont manifesté leur soutien et leur solidarité à l’égard de la France. « Il existe un lien spécial entre les Québécois et Notre-Dame de Paris. Nous avons reçu des dizaines de messages qui nous ont beaucoup touchés. Maintenant, place à la reconstruction de ce joyau du Patrimoine Mondial de l’Humanité ! », a indiqué Laurence Haguenauer, Consule générale de France à Québec, par voie de communiqué en invitant celles et ceux qui souhaitent donner à le faire exclusivement auprès du site mis en place par le gouvernement français.

Cet article sera mis à jour avec d’autres réactions.