Rémi Bezançon au FFO : “Le Québec pourrait m’inspirer un film”

Vanessa Portal, scénariste, et Rémi Bezançon, réalisateur / Crédit : Daisy Le Corre

Gatineau, Cinéma 9, salle 4 — pleine à craquer. Ce vendredi 22 mars, nous étions à la soirée d’ouverture de la 21e édition du Festival du film de l’Outaouais (FFO). Au programme : “Le Mystère Henri Pick” (avec Luchini) en présence du réalisateur français Rémi Bezançon, et de sa scénariste également conjointe, Vanessa Portal. On en a profité pour discuter avec eux. Action !

Première question qui taraude un bon nombre de cinéphiles : est-il facile de diriger Fabrice Luchini ? “Ça se fait ! En plateau, il est différent de celui qu’on voit souvent à la télé. C’est quelqu’un qui travaille beaucoup, qui est très exigeant avec lui-même et avec les autres aussi”, confie simplement Rémi Bezançon, habitué à travailler avec l’acteur français. “C’est avec lui que j’ai le plus travaillé en fait ! Deux mois avant le début du tournage, il m’appelait tous les jours pour parler du rôle et faire des scènes au téléphone. C’était intéressant d’écouter sa voix”, lance le réalisateur qui a beaucoup apprécié l’expérience. “Luchini est très en demande d’être dirigé ! Cela ne l’empêche pas de partir en show entre les prises… Il est très drôle”, rapporte-t-il en souriant.

Jamais sans sa scénariste

Avant le début de la projection au Cinéma 9, Vanessa Portal, invitée sur scène aux côtés de son conjoint, a déclaré : “Rémi fait partie de ces réalisateurs intelligents qui viennent montrer leur film en compagnie de leur scénariste”. Car c’est vrai que le scénariste (qui ne réalise pas), pourtant pilier du film, reste encore cet éternel oublié du cinéma. “Avec Rémi, on écrit ensemble, c’est hyper stimulant ! (…) Il faut que les idées nous plaisent à tous les deux, si c’est moyen, ça ne passe pas”, lance Vanessa Portal, fan de ce jeu de ping-pong.

À savoir qui d’elle ou lui a eu, en premier, l’idée d’adapter le livre de David Foenkinos : “La vérité est au milieu, comme toujours !” répond Rémi Bezançon qui avoue avoir lu le livre avant sa conjointe. “En lisant, j’ai eu un petit doute, je me suis dit : il y a un truc mais c’est compliqué. Finalement, Vanessa l’a lu et on a foncé”, résume le réalisateur qui s’est librement inspiré de l’ouvrage pour donner vie à son film qui ouvrait le FFO cette année. Une adaptation qui a plu tout de suite à David Foenkinos d’après Bezançon mais qui n’a pas emporté l’adhésion des critiques du “Masque & la Plume”.

“J’étais super fier qu’on me propose d’ouvrir le Festival avec mon film”, lance le réalisateur, amoureux du Québec, aussi fan des ambiances enneigées hyper cinématographiques. “Ça pourrait m’inspirer un film, c’est sûr !”, confie Rémi Bezançon, déjà sur un autre projet avec sa scénariste. Un indice ? “Ça pourrait tout à fait se dérouler à Montréal… En tout cas, il y aura de la neige !”, lance Vanessa Portal. “Ce n’est pas forcément plus cher de venir tourner ici d’ailleurs…”, confie Rémi Bezançon. À suivre.

“Le Mystère Henri Pick” sortira en juin 2019 au Québec.