Futur métro léger (et automatique) de Montréal : feu vert pour Alstom

Crédit : Daisy Le Corre

Rien ne semble pouvoir freiner le géant français Alstom. Le groupe vient de signer un juteux contrat pour la fourniture d’un système complet de métro léger automatique et sans conducteur à Montréal. Le premier segment de ce Réseau express métropolitain (REM) devrait entrer en service à l’été 2021.

Le contrat total s’élève à environ 1,8 milliard d’euros (2,8 milliards de dollars canadiens) : la part d’Alstom est estimée à 1,4 milliard d’euros (2,2 milliards de dollars canadiens) et celle de son homologue canadien, SNC-Lavalin, à 400 millions d’euros (600 millions de dollars canadiens). Rappelons que le projet est piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Une fois achevé, le REM constituera l’un des réseaux de transport automatisés les plus étendus au monde, avec 67 kilomètres de voies et 26 stations. Il reliera le centre-ville de Montréal à la Rive-Sud, la Rive-Nord, l’Ouest-de-l’Île et l’aéroport international Pierre Elliott Trudeau.

Selon les termes du contrat, 106 rames de deux voitures (212 voitures construites en Inde) seront fournies ainsi que des solutions de contrôle de conduite automatisées, des portes palières, des systèmes de connectivité Wi-Fi et 30 ans de services d’exploitation et de maintenance.

Alstom en profitera aussi pour implanter un Centre d’expertise mondial dans la recherche et le développement des systèmes intégrés de contrôle en mobilité urbaine. “Ce centre regroupera environ 100 professionnels qui auront pour mission de faire avancer notre expertise en s’appuyant sur le savoir-faire montréalais en technologies numériques avancées et en intelligence artificielle. C’est dans ce centre que seront développées les technologies de pointe qui serviront à de nombreux projets d’Alstom à travers le monde”, a précisé le communiqué du groupe français.

“Nous sommes honorés que CDPQ Infra ait choisi le Groupe PMM pour ce grand projet d’infrastructure de transport public, qui non seulement favorisera la mobilité dans la grande région de Montréal mais créera également 250 emplois directs à long terme au Québec, et 350 emplois locaux pendant la période la plus chargée”, a déclaré Jérôme Wallut, Vice-président senior d’Alstom en Amérique du Nord.

Alstom emploie actuellement plus de 400 personnes sur ses sites canadiens.