Législative Amérique du Nord: Roland Lescure candidat pour La République en marche

Son nom circulait parmi les favoris au poste de candidat d’En Marche! à la législative nord-américaine des 3 et 17 juin. C’est donc confirmé.

L’ancien premier vice-président et chef des placements de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Roland Lescure, portera les couleurs de La République en marche (le nouveau nom du mouvement macroniste) dans la circonscription. “C’est énormément de plaisir. Je ressens une grande motivation et un sens du devoir à l’idée de faire partie de ce tournant historique et de donner à Emmanuel Macron une majorité“, a-t-il noté par téléphone, alors qu’il était un train de déposer officiellement sa candidature au ministère de l’intérieur.

Selon nos informations, Benjamin Haddad, responsable d’En Marche! à Washington, figurait également parmi les favoris pour le poste en Amérique du Nord.

L’annonce clot plusieurs semaines voire mois d’attente pour les candidats à l’investiture. Le candidat n’aura que trois petites semaines pour convaincre les électeurs, mais Roland Lescure peut être rassuré par les scores d’Emmanuel Macron aux Etats-Unis et au Canada à l’élection présidentielle. Il se garde toutefois de tout triomphalisme. “J’ai l’avantage d’être novice en politique. Je me méfie des vieilles habitudes de considérer que quelque chose est gagné d’avance. Je pars très motivé, sans aucune attente“.

Son premier meeting de campagne aux Etats-Unis aura lieu lundi 15 mai à New York. Il doit se rendre à San Francisco plus tard dans la semaine.

Polytechnicien vivant à Montréal, passé par la London School of Economics puis Natixis et Groupama, il avait démissionné début avril de son poste à la Caisse des dépôts québécoise pour rejoindre le mouvement d’Emmanuel Macron. L’homme d’affaires a ainsi abandonné une confortable rémunération (2,2 millions de dollars en 2015, selon Bloomberg Businessweek) pour se lancer dans la campagne. À l’époque, il avait confié au site économique n’avoir “aucun plan de carrière“.

Numéro 2 depuis 2009 de l’institution financière québécoise, deuxième plus important fonds de pension au Canada gérant 150 milliards de dollars d’actifs, il avait rencontré Emmanuel Macron en 2012 lorsque celui-ci était secrétaire général adjoint de l’Élysée. Les positions pro-européennes du candidat l’ont décidé à le rejoindre, si l’on en croit ses interviews dans la presse. Il est le frère de Pierre Lescure, un des fondateurs de Canal +.

A lire aussi sur French Morning